Expérimentation sonore



Crées à l'origine pour l'organisation d'une performance collective et participative de musique expérimental (40 participants), une série d'instruments sonores électroacoustiques basés sur les propriétés physique de la matière ont vu le jour dans mon atelier. D'aucune prétention musicale ou harmonique, ils tentent seulement d'exprimer les impalpables vibrassions et résonances qui les parcourent. Le quotidien s'invite dans la création à travers le détournement d'objets familiers, muets dans leurs contextes d'origine. Interrompant le cycle de la matière de ces objets en fin de vie, je leur donne la possibilité d'exprimer une voix intérieure, leur version de l'histoire récente de l'humanité.

Cordes à piano, structures métalliques, ressorts, fil de nylon se répondent dans des harmoniques improbables, empreintes d'une réverbération naturelle profonde. Percussions, instruments à corde ou à vent ; ces sculptures sont particulièrement sensibles au style de jeu et fournissent une palette d'ambiance et d'expression étendue.



"Entrelacs", sculpture sonore interactive
réalisée en collaboration avec Katia Leroi-Godet.
Présentée au festival de musiques actuelles "Jalles House Rock",
Saint-Médard-en-Jalles, juillet 2012.


Je complète cette démarche par la pratique du "circuit-bending" ou détournement d'objets électroniques sonores. La modification expérimentale et semi-intuitive des circuits de synthèse sonore grand public, issus de notre système d'économie marchande, permet d'explorer la trame de la société numérique dans laquelle nous évoluons.La matière première de cette pratique est essentiellement le produit de l'obsolescence technologique qui frappenos biens de consommation, et plus particulièrement ceux qui s'adresse aux premiers âges de la vie où l'individu prend contact avec le monde et la technologie : les jouets électroniques.
Le détournement de ces formes d'outils d'initiation à l'interfaçage humain - technologies numériques, permet d'élargir considérablement leurs domaines d'expression sonore et de rompre les liens entre symboles visuels, fonctions et symboles auditifs (bouton en forme de canidé / appel d'un phrase préenregistrée / " le chien fait : ouaf ouaf ").

En distordant et en déstructurant le codage de ces séquences sonores stéréotypées, les jouets électroniques se deviennent alors des synthétiseurs numériques LoFi (audio basse fidélité), générant des sons et ambiances sonores évoquant les machines-outils industrielles, le développement des technologies numériques durant la seconde moitié du vingtième siècle et la science-fiction se rapportant à ces thèmes.


Cette pratique est largement répandue parmi les musiciens de la scène chipTunes, genre musical électronique utilisant des samples LoFi et des synthétiseurs basse résolution.

Contact : gjaton@gmail.com

Copyright© Gaël Jaton, All rights reserved, 2012